enfin si, un tout petit reproche tout de même, la recette était pour 50 macarons, je n'en ai obtenus que 35...
Je ne les ai pourtant pas quittés des yeux. Vraiment, personne n'a pu me les chaparder...

Par contre côté beurre, enfin côté sans beurre, non pas un gramme dans cette recette et
je le crie haut et fort car à l'heure où chacune tente de limiter les dégâts causés par les bons plats d'hiver bien gras, cette information n'est pas à prendre à la légère !

Bref, il y a quelque temps, je vous emmenais à Amiens, aujourd'hui nous partons pour Nancy, à nouveau avec une recette de macaron simple et rustique, à l'opposé de son cousin parisien, celui devenu si tendance que je n'ai jamais encore osé le tenter. Un jour peut-être...Quand il ne sera plus sous les feux de la rampe... En attendant, je reste "en régions" comme disent les journalistes; à croire que Paris n'en serait pas une... :)

  

IMG_5314 (1024x1024)
IMG_5601 (1024x683)
IMG_5319 (1024x1024)

 

Pour 50 macarons (enfin 35 pour moi...)

200 g  de sucre glace
200 g de poudre d'amandes
3 blancs d'oeufs
Sucre glace

Préchauffer le four à 180°C.

Dans un saladier mélanger tous les ingrédients. La pâte à macarons doit être suffisamment ferme pour se tenir et assez souple pour se lisser.
Si elle est trop ferme, ajouter un peu de blanc d'oeuf. Si elle est trop souple, ajouter un peu de poudre d'amandes et de sucre glace à parts égales.

Sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé, dresser des petites boules de pâte de macarons avec une poche munie d'une douille unie (sans douille ça marche aussi).Tapoter la plaque pour lisser les macarons. Saupoudrer de sucre glace, puis pulvériser de l'eau pour humidifier la surface des macarons. Enfourner aussitôt et laisser cuire 15 minutes environ. Conservez dans une boîte hermétique.

Recette du livre "A la mère de famille"

 

C'est peut-être pas la recette idéale à faire lors d'un "épisode caniculaire", encore une expression de journaliste qui me fait sourire :) mais comme à ce qu'il parait cet épisode touche à sa fin, on peut bien retourner à nos fourneaux !